Clan des Nuits Brumeuses
Bienvenue à toi jeune padawan

Bienvenue sur le forum de notre clan, jeune chat :3

Clan des Nuits Brumeuses

Fermes les yeux sur ton passé, ouvres les sur ton futur, et regardes ton futur.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Sujets les plus actifs
Les histoires d'Étoile de Brume ~ Commentaires
Les histoires d'Étoile de Brume ~ ★
Une histoire d'horreur ?
Dites-moi...
De la vie à la mort.
Les oubliés
Message important !
Une Patte Brisée ...
Le triste passé du chaton abandonné
Le clan éxilé
Sujets les plus vus
Une histoire d'horreur ?
Les histoires d'Étoile de Brume ~ ★
Le clan éxilé
Les histoires d'Étoile de Brume ~ Commentaires
Une Patte Brisée ...
Les oubliés
Le triste passé du chaton abandonné
° La prophétie du ciel °
Une vie...Une vengeance...Une recontre... Et puis...La mort...
Dites-moi...
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés

Partagez | 
 

 Une Patte Brisée ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Une Patte Brisée ...   Ven 28 Nov - 19:37

Une Patte Brisée ...


Dernière édition par Dahlia Noir le Ven 28 Nov - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Ven 28 Nov - 19:41

Comme je vois que y’a des personnes qui créent des histoires sur le forum, j’ai décidé d’en créer une *-* J’éspère qu’elle vous plaira c: !

* * *

I

Une plaie importante.



Dans la forêt, il se fut tard. C’est pour cela que l’on put apercevoir les étoiles briller par millier, les animaux étaient couchés, ou ils hibernaient; c’était la mauvaise saison.
- Chant Glacial ! S’écria soudainement un chat au pelage charbon.
Après un bref sursaut, une chatte répondit : - Que me veux-tu, Cri Déséspéré, je suis en train de nettoyer ma tanière !
- Désolé de t’avoir dérangé, quand tu auras finie, viens, c’est urgent.
- D’accord, mais ne m’interrompt plus.
Chant Glacial se lécha son poitrail, s’étira, griffes sorties, puis continua de faire son travail. Pendant ce temps, Cri Déséspéré qui l’attendait impatiemment, la regarda faire. Une fois cela finie, la jeune chatte alla au près du chat charbon, se demandant ce qu’il voulait.
- Que voulais-tu me dire, Cri Déséspéré ?
- Regarde ma patte, je me suis fait attaqué par des blaireaux, ils me l’ont mordue.
- Oh, comment va-t-on faire ! Se demandait Chant Glacial, inquiète pour son aimé. - Ne t’inquiète pas, poursuit-elle, on va trouver une solution. J’ai une amie guérriseuse, qui se trouve dans le coin, je vais lui demander de l’aide.
- Merci bien.
Chant Glacial courrut alors retrouver son amie, dans sa grande panique. Celle-ci ressentit des douleurs à son ventre, elle s’arrêta un instant, avant de reprendre sa course. Elle la chercha, impossible de sentir son odeur, ni de la voir. Encore plus paniquée qu’avant, elle parcourut les plus sombres recoins de la forêt, où son amie allait parfois. Toujours aucun signe d’être. Elle s’avança plus loin, et la trouva, enfin, qui chassait un campagnol. Le rongeur sentit l’odeur de Chant Glacial, puis s’enfuit soudainement. Une chatte toute blanche cracha, puis s’écria :
- Chant Glacial ! Tu as fais fuir ma proie, en cette saison, c’est presque impossible d’en retrouver !
La chatte lui répondit, désolée de son fait :
- Oh, je m’en excuse, je ne pensais pas …
Elle n’eut même pas le temps de terminer sa phrase, quand son amie lui coupa :
- Pourquoi cette venue ?
- Mon compagnon, Cri Déséspéré, reprit la jeune chatte, s’est fait mal, une morsure de blaireaux à la patte. C’est urgent, il faudrait que tu vienne, ça m’inquiète, sa blessure est importante.
-  Alors amènes-moi à sa tanière !
Les deux femelles courrurent jusqu’à Cri Désépéré, qui les attendait depuis un certain temps.
- Enfin, vous revenez ! Leur lança le chat charbon.
- Nous sommes désolées de t’avoir fait attendre si longtemps, j’éspere que ta plaie n’a pas évoluée ! Lui répondit son aimée, essouflée par son long trajet.
- Bon, montre-moi ça. Reprit la chatte blanche.
Le mâle lui tendit sa patte, et la chatte claire l’examina.
- C’est vrai, c’est une bien grosse blessure. Chant Glacial, s’il-te-plaît, amène-moi une fleur de Souci, et également une toile d’araignée, tu les trouvera sûrement là-bas, pas très loin.
- Bien. Lança la chatte noirâtre.
Elle se dépêcha de chercher la plante et la toile que la chatte blanche,  Nuit Enneigée, lui a demandé.
- Tiens, je les ai trouvés, j’éspere de ça suffira.
- Oui, merci, lui lança Nuit Enneigée.
Celle-ci mâcha la fleur pour en extraire le jus, puis l’appliqua sur la plaie du mâle. Elle continua avec la toile d’araignée, en posant fortement ses pattes sur sa blessure, de sorte que la toile tienne, puis elle dit :
- Cri Déséspéré, ne touche pas à ton bandage, il pourrait s’infecter, je reviendrais souvent te voir, ne t’inquiète pas. En attendant, Chant Glacial, tu as vu ce que j’ai pris, et comment j’ai fais pour sa plaie, alors si le bandage s’abime, remets-en lui un.
- Bien, acquiéça Chant Glacial, merci beaucoup !
- Oui, merci ! Lança par la suite le chat noir.


Dernière édition par Dahlia Noir le Ven 28 Nov - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Ven 28 Nov - 21:44

II

Une aide remplie de souffrance ...



Une fois Nuit Enneigée partit, retrouver sa tanière, dans les sombres recoins de la forêt, le mâle lança:
- Vit-elle seule, Nuit Enneigée ? Ça doit être dur pour une guérriseuse comme elle, de faire une vie en solitaire, sans groupe.
- Avant, c’était une guerrière, elle connaît beaucoup d’attaques ! Répondit la chatte noirâtre.
- Combien de lunes a-t-elle ? Reprit le chat sombre.
- Mhh, elle ne veut pas m’avouer ses lunes, mais je dirais, 50, ou un peu moins, peut-être.
- Oh, s’écria le matou, avec ce nombre de lunes, sa vie doit être très dure !
- Oui, reprit la jeune femelle, elle a eu un dur passé, elle a été dans plusieurs clans, avant d’aller dans celui de la Rivière.
- Mais, pourquoi l’a-t-elle quitté ? Se demanda le félin noir.
- Un vilain matou a lancer une rumeur comme quoi Nuit Enneigée a volé des chatons, et feuler sur des nouveaux-nés. Cette rumeur s’est répandue partout, et ensuite certains chats ont déjà essayé de la tuer, c’est pour cela qu’elle a quitté ce clan.
Un instant, plus personne ne parla. Nous pûmes entendre le bruit du vent glacial, effleurant notre pelage, admirer ces étoiles qui brillèrent tant dans ce ciel nocturne, nous pûmes laisser la nature nous éblouir. Les deux félins s’endomirent, fatigués de cette dure journée, pour s’en préparer à une nouvelle, peut-être encore plus dure à supporter.

* * *

Le lendemain, les félins noirs se réveillèrent. Le mâle s’approcha de la femelle, pour lêcher son pelage, et les deux amoureux ronronnèrent en coeur. Ils s’étirèrent tout deux, firent leur toilette, puis Chant Glacial sortit :
- Alors, ta plaie, ça va mieux ?
- Oui, j’ai encore un peu mal, certe, mais ça va.
- Mhh, ton bandage ne s’est pas abimé, cette nuit ?
- Non, tout va bien, ne t’en inquiète pas.
- Oh, heureusement qu’elle a bien voulut nous aider, Nuit Enneigée !
- Oui, sans elle, je rejoindrais peut-être le clan de nos ancêtres, à l’heure qu’il est.
Il se passa un bref moment, quand Chant Glacial ronchonna :
- Je ressens des douleurs à mon ventre !
Le mâle posa sa patte sur le ventre de son aimée, quand il sortit :
- Tu attends des chatons !
- Des chatons ! S’écria, toute joyeuse, la jeune femelle.
- Oui, des chatons, tu va peut-être bientôt mettre-bas !
- Oui … Hier, quand j’étais partie chercher Nuit Enneigée, j’ai ressentit la même douleur. La chatte s’arrêta un instant, elle gémissa, puis le mâle lança :
- Oh, je vais la chercher, je ne veux pas te voir souffrir plus longtemps !
- Non ! Lui coupa la femelle, s’écriant. Et ta plaie, alors. Pour moi, ça peut attendre, Nuit Enneigée a dit qu’elle reviendrait.
- Oui, mais peut-être pas aujourd’hui, j’en ai bien peur.
- Ne t’inquiète pas pour moi, le plus important, c’est ta plaie.
- Ce n’était qu’une simple morsure de blaireaux, ne t’en fait pas,  je vais la chercher.
- Fais attention !
Le mâle se releva, puis partit chercher Nuit Enneigée, courant de toute ses forces. Soudain, alors qu’il était au milieu du trajet, il se coupa sur un cailloux, qui arracha son bandage.
- Aouch ! S’écria le chat, gémissant.
Il ne voulut pas s’arrêter, il continua donc sa route, boitant. C’était un chat robuste, têtu, mais qui fait tout pour son prochain. C’est pour ça que beaucoup de personnes l’aimait, mais aussi ne l’aimait pas, parce qu’il était bien têtu, n’en faisait qu’à sa tête quand ça n’allait pas. Il chercha, comme l’avait fait précédemment sa compagne, dans les plus sombres recoins de la forêt, pour trouver celle qu’il attendait depuis un long moment.
- Cri Déséspéré ! S’étonna la chatte blanchâtre de son arrivée, inquiète en même temps.
- Oh, je te cherchais, Nuit Enneigée, ma compagne va mettre-bas !
La vieille chatte bessa la tête, voyant que la plaie du mâle saignait, bandage retiré.
- Et ton bandage ! Ta plaie saigne, en plus. Tu as du te la déchirer, elle s’est infectée !
- Ce n’est pas bien grave, Nuit Enneigée.
- Si, viens, il faut que je te soigne. Chant Glacial peut attendre.
Alors la chatte blanchâtre alla cherchait une fleur de Souci, une toile d’araignée, et également de l’Aile Sauvage. Elle déposa le tout près du mâle, celui-ci impatient d’en finir pour retrouver sa compagne.
- Cette fois, tu reste-là, quand j’en aurais finis avec toi, ne bouge pas, je ne veux pas que tu es le mal vert !
Elle pris d’abord l’Aile Sauvage, la mâcha, puis l’appliqua sur la plaie du mâle, et fit la même chose avec la fleur de Souci. Ensuite, elle pris la toile d’araignée, l’appliqua fortement sur la plaie du mâle affaibli.
- Bien, lança t’elle, maintenant, je vais partir chercher Chant Glacial, je ferais le plus vite possible, ne t’inquiète pas. Après, si tu bouge pendant que je vais chercher ton aimée, c’est ta vie que tu perdras, pas la mienne. Je fais ça pour t’aider, si tu veux voir tes enfants et rendre heureuse ta compagne, reste ici, c’est pour ton bien et le bien de tes proches.
Le chat noir acquiéça. Nuit Enneigée s’accourut de chercher son amie. Une fois proche de sa tanière, elle hûma l’air, sans réponse. Elle chercha son amie partout, mais ne la trouva pas. Ce fut en vain. Dans sa plus grande panique, Nuit Enneigée cria partout le nom de Chant Glacial, toujours sans réponse. Il s’écoula une larme qui parcourut sa joue, puis la vieille femelle tomba à terre. Où Chant Glacial avait-elle bien put disparaître ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Sam 29 Nov - 13:43

III

Se préparer à une nouvelle vie.



Chant Glacial se réveilla. Il faisait froid, tout était sombre. Des gouttes glaciales avaient coulé sur son pelage noir. Elle leva sa tête. Un chat inconnu avec l’odeur du sang la regardait, il était très grand, fort, robuste. Elle ne comprenait plus rien, elle ne se rappelait de rien.
- Mh, enfin tu te réveilles. Lança le félin inconnu.
- Qui es-tu, et où suis-je ? Que c’est-il passé, je ne me souviens plus de rien.
- Eh bien, je vais te faire retrouver la mémoire, ricanna le matou. Tu étais inconsciante, je t’ai donc amenné ici, pensant pouvoir croquer dans ton beau pelage noir. Ça me rendais fou. Je t’ai regardé, et j’ai réfléchis.
- Que me veux-tu, à présent ?  Suffoqua la chatte apeurée.
- Je ne veux pas te faire du mal. Répondit le matou.
La chatte gémissa, puis dit plus calmement :
- D’autres chats sont avec toi ?
- Oui.
- Appelle un guerriseur, je vais accouché, dit la femelle.
- Bien.
Le félin de grande taille cria le nom d’un guerrisseur de son clan de sanguinaires, et celui-ci venu sur le champs.
- Qu’y a-t-il ? Dit le matou, nouveau venu.
- Cette femelle va mettre-bas, aide-la.
- Qui est-elle ? Rétorqua le matou noir qui venait d’arriver.
- Je t’en pose des questions ?
- Non …
- Alors ne m’en pose pas ! Grogna le félin féroce.
-Bien. Dit le nouveau venu d’un ton sec.
Celui-ci s’approcha de la femelle, qui était toute apeurée de ce clan, essayant de la calmer.
- Ne me fais pas de mal ! Feula la chatte noire.
- Non, je viens pour te guerrir, dit posément le guerriseur.
- Alors dépêches-toi ! Grogna-t-elle.
Le matou chercha des plantes puis posa le tout devant la femelle. Il prit un bout de bois, puis le lui mit dans sa gueule. Il prit ensuite une feuille de framboise, la mâcha, et lessa coulé le jus sur la femelle.
- Pousse fort, lui dit-il.
La femelle poussa de toute ses forces, toute gémissante. On pouvait apercevoir la tête d’un de ses chatons. Alors, elle poussa plus fort, puis le chaton sortit.
- Mon ventre me fait encore mal, j’en attends d’autre !
Le guerriseur prit doucement le chaton par la peau du cou et l’enmena plus loin, le bloquant entre ses pattes.
La femelle poussa encore, et mit-bas d’un autre chaton.
- Voilà mes deux chatons ! Dit Chant Glacial, joyeuse et en même temps toute anxieuse. Celle-ci prit ses deux créations, les serrants fort contre elle. Le matou noir, et féroce, siffla. Une dizaine de chats courrèrent jusqu’à lui, tous ayant une forte odeur de sang.
- Regardez ce que j’ai trouver ! Ricanna le matou qui venait de siffler.
Tous les autres félins portèrent leur regards sur Chant Glacial, celle-ci étant apeurée.
- Qui est-ce ? Demanda un chat de la foule.
- Ça doit sûrement être un bon repas ! En ricanna un autre.
Tous les chats se moquèrent de la femelle, en se léchant les babines.
- Non, ce n’est pas exactement ça. Reprit le chat qui l’avait trouvé. Je lui donne un choix, sois elle reste, sois elle meurt.
Chant Glacial comprit tout de suite ce qu’il voulait dire par là, puis marmonna, d’une voix presque incompréhensible :
- Qu… Quoi...

IV
Un vaste trouble …


Celle-ci était perdue. Elle savait qu’elle aurait perdue la vie, et la vie de ses chatons, si elle n’acceptait pas de rester. Tous ça à cause de ces créatures sans coeur, pensait-elle. La mort ravage leur âme, ils ne se rendent pas compte du mal qu’ils font. Ils tuent sans raison, ne respectent aucune loi. Chant Glacial était horrifier par ces félins.
Le matou le plus féroce de la bande grogna :
- Alors, que décides-tu ?
- Je … Je ne veux pas mourir.
- Donc, tu reste ?
Après un bref moment d’hésitation, la femelle reprit :
- Oui, je reste.
Un chat de la troupe répliqua :
- Ce n’est qu’une bonne à rien ! A quoi va-t-elle nous servir ? A nous seuls, nous pouvons tuer un clan entier ! Et puis, l’as-tu testée ?
La femelle prit peur, se disant qu’elle allait sûrement mourir, de toute façon.
- Non, reprit le mâle.
Un autre félin ricanna :
- C’est tout ce que tu as à dire ? Tu as perdu la tête ! Elle nous trahira, sa vie dois s’achever maintenant !
Ce dernier voulait s’en prendre à la reine, il sauta donc sur sa croupe, lui mordant la nuque. Mais le mâle qui était à-côté d’elle l’expulsa et lui feula dessus.
- Tu ose t’en prendre à une reine ? Attaques-toi plutôt à des félins du même niveau !
La jeune reine en resta bouche-bée.
Celui-ci roula sous son ventre, le labourant, puis fit de même avec ses flancs.
Son adversaire roula à droite, mais trop tard, l’autre guerrier était déjà en train de lui attaquer au niveau de la gorge, l’entaillant, la balafrant. Mais l’autre chat ne se lessa pas faire, il lui assena de coups de griffes à la machoire avant de la lui claquer au sol. Dans cette pénombre se battait les chats, on pouvait remarquer le sang qui coulaient de leurs pelages. On apercevait des tas de boules de poils qui leur étaient arrachés, également. Tous les félins les regardaient faire. Mais, le chat noir robuste prit l’avantage, et acheva son assaillant. Les autres chats se reculèrent pour laisser place au gagnant.
- Si j’en revois un prochain s’en prendre à cette femelle, qui est de notre clan désormais, voilà ce qui lui arrive, dit le fière gagnant d’un ton sec.
Celui-ci appela le guerrisseur pour qu'il soigne Chant Glacial, et lui-même. Une fois guérie, cette dernière pris ses chatons, les amena plus loin, puis lécha leur doux pelage, tout en sanglotant. Elle les fit allaiter.
- Quel noms vas-tu leur donner ? Demanda un félin.
La femelle pivota, fixa le guerrier, puis répondit :
- Mhh, je ne sais pas encore.
- Ah, d’ailleurs, continua le mâle, quel est ton nom ?
- Je me nomme Chant Glacial, répondit la femelle.
- Bien. Désormais, tu t’appellera Brume, comme tes yeux d’un gris scintillant, et que ton pelage est noir.
- C’est donc toi, le chef de ce clan ?
- Oui, c’est bien moi, répondit-il.
La femelle s’arrêta un instant, puis questionna :
- Pourquoi m’as-tu sauvé, et tuer un des tiens ?
- Tu es aussi une des notre, désormais.
- Pourquoi ne m’as-tu pas tuée dès que tu m’as trouvée ?
Le mâle ne répondit pas. Cette dernière le fixa d’un air étonnée, avant de continuer sa marche. Elle se lécha vivement ses poils hérissé par le froid de la grotte, puis continua de toiletter ses chatons, pendant que le félin à-côté d’elle la regarda.
- Et ton nom, à toi, questionna la femelle.
- Ah, je me nomme Dernier Souffle, répondit le félin en question.
Un vent glacial effleura le pelage des deux chats. Brume semblait apprécier Dernier Souffle, même si c’est à cause de lui qu’il lui est arrivé tout cela. Un cri strident résonna dans la grotte. Les félins s’accourrèrent pour voir d’où il venait. Un chat avait entre ses crocs un corps qui semblait mort. Cette odeur était familière pour Brume. Cette dernière s’approcha du chat inerte, ne se doutant de rien. Celle-ci s’écroula à terre, n’en croyant pas ses yeux.

Elle se réveilla. Une tonne de chats la regardait, la fusillant du regard. Du sang avait coulé sur le sol, il était à présent sec, on pouvait encore le sentir. Brume feula sur les félins imposants, puis tous s’éloignèrent. Celle-ci s’approcha du mâle défunt, toisant celui qui l’avait mis à mort.
- Pourquoi l’as-tu tué ? Grogna cette dernière.
- Mh, cette mort t’interesse tant ? C’est la première fois que tu en vois ? Ricanna le félin.
Celle-ci ne répondit pas, puis lança :  
- Cette mort m’interesse, car je connais la personne qui a pris le chemin des Étoiles.
- Qui est-il pour toi, ce félin, questionna le mâle.
- Cela ne t’intéresse pas, ce ne sont pas tes affaires ! Grogna la femelle, enragée.
- Tu as donné la mort, ricanna-t-elle, désormais, tu vas la connaître, cette mort.
Brume plus enragée que jamais roula sous le mâle, tailladant ses flancs. Celui-ci ne s’y attendant pas, roula, mais trop tard, à droite. Cette dernière ricanna, puis commençait à balafrer son visage, avant d’asséner celui-ci de coups de griffes. Le mâle para le coup en s’agitant sur lui-même, ce qui la fit rouler. La femelle se redressa d’un coup vif pour continuer à s’attaquer au félin, s’acharnant sur celui-ci. Par sa grande détermination, elle finit par gagner. Sa première bataille se fut, la première où elle réussit à tuer un chat.
- Qu’est-ce qu’il t’as pris, questionna Dernier Souffle.
- Il l’a tué, lui, il l’a tué, marmonna la chatte en question.
Le meneur ne s’abstint pas à la réponse de la femelle, voyant qu’elle ne va pas bien. Tous les autres félins s’approchèrent des deux corps, morts, les prenants entre leurs crocs pour les enterrés.
Quand ils revinrent, un chat s’exclama soudain :
- Bienvenue chez nous !
La femelle s’en alla d’un pas vif, ignorant le matou. Celle-ci alla aux tombes des deux défunts, cracha sur celle où été celui qu’elle avait tué, et s’asseyant au près de celle de son aimé. Son compagnon, c’était bien lui, celui qu’elle avait aimé et celui qui était partit pour la sauver. Ce chat audieu, ce sanguinaire, a tout gâché, se disait-elle. Mais, son geste, ne serait-ce pas le geste qu’un sanguinaire aurait fait ?

~ La suite prochainement ... ~


Dernière édition par Dahlia Noir le Lun 1 Déc - 20:51, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Sam 29 Nov - 16:14

Belle Histoire j'ai hâte de savoir la suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Ven 5 Déc - 17:32

Merci, mais ne poster pas de commentaires s'il-vous-plaît :a:
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Mar 16 Déc - 10:17

VI
Quel changement.


Plusieurs lunes passèrent. Les chatons de Brume commençaient déjà leur entraînement de novices, Patte Brisée et Patte Sanglante, parce qu’ils s’appelaient ainsi. Leur mère avait changé. Ce n’était plus la même du tout, elle vivait désormais en tant que sanguinaire. Après la mort de son aimé, elle devint comme eux. Sans pitié, sans peine, sans sentiments, ou presque. Chaque jour elle pensait à lui, ça la rendait furieuse, enragée. Le soir, elle se rendait à sa tombe, la hûmait, et rester là plusieurs heures. Des larmes coulaient de son visage quand elle le voyait, elle repensait à sa bataille, à sa mise-bas, à ses douleurs, à la plaie de Cri Déséspéré, à tout. Ses chatons voyaient sa peine, même si celle-ci la cachait. A chaque combat qu’elle faisait, elle se battait comme si c’était pour sauver son aimé, alors qu’elle l’avait perdu à tout jamais, là-haut, dans le Clan des Étoiles. Celle-ci y croyait toujours, si elle le montrerai, on l’a tuerai d’un coup. Pour l’entraînement de ses chatons, elle les faisaient presque souffrir. Cette dernière ne se rendait pas compte du mal qu’ils avaient. Elle se battait avec eux comme si c’était des guerriers, elle ne voulait pas les perdre comme leur père, même si ce qu’elle faisait, les aurait peut-être tués. Un soir, la femelle sortit, sans même donner de raison. Elle se rendit dans la forêt, sous la neige qui parcourait la terre. Elle avait du mal à s’avancer, à cause de cette vaste tempête. Les arbres virevoltaient, plus aucun animal n’était là. La femelle continua son chemin, malgré tout, sans même savoir où elle allait. Son visage ne montrait aucune expression. A bout de force, celle-ci s’arrêta, net. Elle s’allongea, puis émit un cri. Celui-ci résonnait, et elle resta là, à entendre l’écho. L’écho, le même écho que son aimé avait fait. Soudain, un autre bruit résonna. Elle hûma l’air, puis sentit le fumet d’un félin. La femelle fixa le vague, puis vit une ombre courir à toute vitesse, laissant des traces de son passage. Brume se redressa, grimaçante, puis suivit vivement les traces qu’avait laissé le félin inconnu. Puis, plus rien. Plus aucunes traces. La femelle charbon releva se tête, puis vit une grotte devant elle. Ce n’était pas la même grotte que celle des sanguinaires, il n’y avait aucune odeur de sang, mis-à-part le maigre gibier qu’ils avaient posés. Cette dernière se hâta d’entrer dans cette mystérieuse grotte, les babines déjà léchées. Un félin tout blanc, c’était un mâle, s’approcha de la femelle. Il s’éloigna d’un bond, puis ne tarda pas à sortir ses griffes, instinctif. L’autre féline l’ignora, puis s’avança vers l’entrée de la grotte, percutant les côtes du mâle. Une femelle aussi blanche que le mâle se trouvait à l’intérieur, vu à sa tête, sûrement une ancienne, et à sa musculature, sûrement une guérisseuse. Brume ricana, la fixant. Celle-ci s’avança vers la femelle, qui pris peur, puis se recula. La charbon hûma lui hûma son pelage blanc, même si l’autre se débattait énormément.
- Nuit Enneigée ! S’écria soudain Brume.
- Qu… Quoi ? Tu connais mon nom ?
- Oui, je suis Chant Glacial, répondit la chatte noire d’un ton sec.
- Ch… Chant Glacial ! Mais, tu n’as plus la même odeur, tu n’es plus comme avant, tu n’es plus la même personne !
Après un bref instant, la femelle charbon reprit:
- Non, je ne suis plus la même. Désormais, je me nomme Brume.
- Tu es sanguinaire ? S’inquiéta son amie.
- Oui. Depuis la mort de mon aimé, j’
Nuit Enneigée la coupa.
- La mort de ton aimé !? Comment ça, il est mort ?
- Ou… Oui. C’est un sanguinaire de mon Clan qui l’a tué, je l’ai vengé.
- Tu l’as tué ? Tu te rends compte des risque que tu entreprends ? Tuer un sanguinaire, tu n’es qu’une solitaire intrépide !
- Je l’étais, maintenant, c’est fini, j’ai grandi.
- Grandi, interrompit la chatte claire, grandi dans un Clan de sanguinaires, oui.
- Oui, grandi dans un Clan de sanguinaires, et alors, j’ai tout de même grandi, je ne suis plus aussi naïve qu’avant. Je suis connue à mon Clan pour mon inplacable méfiance.
Nuit Enneigée fronça le museau, puis planta ses griffes à terre, montrant son air agacé.
- Chant Glacial va beaucoup me manquer, suffoqua-t-elle.
Les deux amies ne se dirent plus rien. Elles se lancèrent des regards inquiets, en effet, Nuit Enneigée était bouleversée par la révélation de sa chère amie.
- Sinon, qui c’est le mâle tout blanc, à l’entrée de la grotte ? S’interogea Brume.
- Oh, c’est Flocon Perdu. C’est un jeune félin, très gentil, il m’aide au combat. Je l’ai rencontré dans la forêt, il avait l’air perdu, quand il était encore plus jeune ! Maintenant, il vit avec moi.
La sanguinaire posa sa tête sur ses pattes, puis bâilla. Cette dernière la releva, et dit ses adieux à son amie, puis s’en alla rapide comme l’éclair, rejoindre les siens. Le mâle blanc apparu à la grotte.
- Qui c’était, questionna-t-il.
- Une ancienne amie, répondit la femelle d’une voix rauque.

Brume était revenue, puis dès qu’elle mit sa patte à l’entrée de ses terres, un félin lui sauta dessus.
- Où était-tu passée ? Dit-il, agressif.
Brume chercha ses mots un instant, puis répondit:
- J’étais allée chercher du gibier, rien de grâve !
- Oh, dans la neige, et de plus, tu n’as rien.
- C’est normal, je n’en ai pas trouvé.
- Mhh, lança le mâle, fronçant le museau. La prochaine fois, gare à toi.
Brume s’accourut à sa tanière, pour lécher ses petits. Patte Brisée secoua sa tête, ayant marre des soins de sa mère, tandis que son frère restait calme.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   Mar 24 Fév - 23:01

VII
Un endroit secret.


Dans un coin très sombre et très étroit, Dernier Souffle se cachait, espérant que Brume ne le remarque pas, pour observer ses faits. Celui-ci était en effet attiré par la femelle. Malgré son air arrogant, méfiant, il éprouvait des sentiments pour elle. Peut-être serait-ce la deuxième fois qu’il ressent quelque chose envers quelqu’un ? Il serait prêt à tout, pour conquérir le coeur de la femelle.
- Allons, venez, Patte Brisée et Patte Sanglante, lança brusquement leur mère, les poussant du museau.
- Où ça ? Demanda la douce voix de Patte Sanglante.
- Mrf, vous verrez bien. Répondit Brume, l’air amusé.
La petite famille se dirigea dans le coin sombre, et étroit, où se trouvait Dernier Souffle. Ne remarquant rien, le mâle restait là, à rêvasser. Une voix émit un bruit sourd, puis la femelle montra d’un geste de la queue de s’avancer dans ce coin. D’un coup d’oeil, la mère remarqua que Dernier Souffle se trouvait là, et celui-ci se redressa aussitôt.
- Que faites-vous là ? Questionna le mâle, mine de rien.
- Oh, nous ne faisions que passer. Répondit Brume, haussant le ton.
- Ah, et tu veux encore t’échapper comme le dernière fois, celle où tu as fait croire que tu chassais, reprit le mâle, cette fois, ça ne va pas marcher.
- Eh ? Qu’est-ce que ça peut vous faire si je sors quelque temps de cette grotte ? Serons-nous condamnés à rester ici jusqu’à notre mort ?
Les chatons restaient sans mot-dire, à regarder la scène.
- Mhh. Pourquoi veux-tu à tout prix sortir de cette grotte ? Volontié, je te laisserais sortir, si tu m’éclairais un peu, ricana le mâle.
La femelle n’ouvrit pas la bouche. Un silence de mort se fit, quand tout à coup un des chatons le rompit :
- Elle veut nous emmener dans un endroit secret !
Brume fusilla du regard le chaton, qui plaqua de suite ses oreilles contre son crâne, ayant compris qu’il vallait mieux se taire.
- Ah, alors comme ça, même à tes propres chatons tu ne leur dis pas où tu les emmènes ? Très bien, alors restons dans le silence. Ce silence, c’est celui de la grotte, où tu vas y passer le restant de ta triste vie.
La femelle percuta l’épaule de son meneur, qui le plaqua à terre.
- Oh, et bien, que vas-tu me faire maintenant ? Me tuer ? Tu en as marre de moi, c’est ça ? Dit la femelle, fixant de ses prunelles le mâle.
Le félin questionné ne répondit pas, alors elle continua :
- Ah, le nombre de fois que tu as pu me tuer… Mais tu ne l’as pas fait ! Vas-y, achève-moi, de toute façon, j’ai tout perdu dans cette vie. Mon grand amour, mes amis, ma famille, et mes chatons n’ont même pas leur père ! C’est toi, toi qui a gâché ma vie, tu peux l’achever cette vie désormais, la vie que tu as fichue.
- En es-tu sûre ? Veux-tu vraiment mourir ? Finit par lancer, les yeux plissés, Dernier Souffle.
Brume laissa le mâle sans réponse. Il n’insista pas, puis partit très rapidement, tel un lièvre qui part à la poursuite de sa proie.
« Les chatons ! » se rappela Brume. En effet, tous deux étaient tout à fait choqués par ce qu’il venait de se passer : leur mère, disant à leur meneur de l’achever...
Elle tomba à terre, épuisée, et se morfonda sur son sort. Dans sa tête, elle pensa :
« Quelle idée ai-je eu de vouloir les emmener là où se trouve Nuit Enneigée… Mais elle me manque, toute mon ancienne vie me manque, ici, je n’ai plus aucun avenir… Condamnée à rester ici, j’aurais du lui mentir, pourquoi n’ai-je pas eu le courage de lui mentir ? Pourquoi ne m’a-t-il pas tuée ?… »
Les songes de Brume n’étaient que des questions, des questions sans réponse. D’ailleurs, seuls Brume et Dernier Souffle pouvaient y répondre.
~ La suite prochainement. ~
[Désolée si j'ai mis, hyper longtemps, même pire, à écrire la suite, mais j'étais pas inspirée ._. Je continuerais plus souvent d'écrire si ça vous plait ! (là j'ai continué le chapitre 6 et j'ai fais le chapitre 7).]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une Patte Brisée ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Patte Brisée ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Patte Brisée ...
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» L' arrivé de patte de jaguar [ 2ème partie ]
» 2ème entrainement de Nuage Brisé [PV Ombre du Crépuscule]
» PINUP X CANICHE FEMELLE 10 ANS LA PATTE DE L'ESPOIR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan des Nuits Brumeuses :: Vos histoires (RP)-